J’aime photographier dans les rues de Montréal… ceux qui suivent mon travail sur Instagram le voient régulièrement dans mes images.  La COVID-19 affecte ce que je fais en photo de rue.  Cette cochonnerie est tellement envahissante que c’était inévitable!  Les rues sont moins achalandées, c’est donc plus difficile de faire des photos avec des gens comme sujets.  Les terreaux fertiles que sont les festivals me manquent énormément.  Les musiciens, les danseurs, les jongleurs et les artistes de cirque qui, chaque année, m’offrent des moments de vie qui font des photos très fortes sont absents.  La vie est revenue… oui et non.  On vit sur le bouts des lèvres, en cachette comme pour éviter que le virus nous voit.  On ne veut surtout pas réveiller la bête qui dort.  Qu’est-ce qu’un photographe fait en temps de pandémie?

Un peu de contemplation…

Qu’est-ce que je fais comme photos?  Beaucoup de nature morte, ce que j’appelle des « détails urbains ».  Le genre de petits machins qui traînent dans la rue, qu’on croise tous les jours mais qu’on finit par ne plus voir.  Je m’amuse aussi avec les patterns de lumière, les motifs tracés par le contour des ombres.  Parfois la lumière va transformer une colonne de barbier en œuvre d’art uniquement par la façon dont elle l’éclaire.  Cette transformation dure quelques minutes, le temps que le soleil soit au bon endroit dans le ciel.  Ces photos sont pour moi de petits cadeaux: j’étais à la bonne place, au bon moment.  J’ai aussi beaucoup de plaisir à photographier à travers les vitres des magasins.  Les enseignes qui se mélangent aux reflets créent des images abstraites très fortes au niveau visuel.

Finalement je fais ce qu’on pourrait appeler de la photographie contemplative.  Je prends le temps de m’arrêter et de bien regarder ce qu’il y a autour de moi.  Il y a quelque chose de très méditatif dans cette approche.  C’est ce dont j’ai besoin en ce moment pour gérer le stress et l’anxiété causés par la COVID-19.  Un artiste doit trouver un apaisement moral dans son travail.

Vos sourires me manquent

« La » chose qui me manque le plus en ce temps de COVID-19 est de pouvoir voir le visage des gens.  Pourquoi pensez-vous que je fais beaucoup de portraits?  Parce que les gens me fascinent.  Chaque visage raconte une histoire.  Maintenant que nous sommes tous masqués, plus personne n’a d’identité, nous sommes anonymes.  Je ne vois plus les gens sourire dans l’autobus, je ne peux plus deviner à quoi pense quelqu’un ou dans quel état d’esprit il est.  Les photo shoots que je fais avec les modèles me permettent de palier à cette situation.  Je supporte le port du masque à 100% seulement il entraîne des effets pervers très désagréables.

Je m’étais dit au début de la pandémie que je documenterais avec ma photo ce qu’on vit en ce moment.  Je me voyais comme W. Eugene Smith en train photographier les effets du confinement et des mesures sanitaires sur les gens.  Finalement j’ai changé d’idée.  Il y a déjà suffisamment de photo journalistes qui font ce travail, mes photos n’apporteraient rien de plus.  C’est surtout pour ma santé mentale que j’ai choisi de photographier autre chose que le maudit virus et ses effets.  La situation est déjà assez éprouvante à supporter, je n’irai pas en plus la photographier.

Je vais plutôt utiliser ma caméra pour m’évader.  Je fais donc des images de choses que je trouve belles et apaisantes.  J’utilise le post traitement pour ajouter un peu de fantaisie aux photos.  Je veux que ma démarche artistique me fasse complètement décrocher de la réalité.  Et si mes photos peuvent faire rêver un peu les gens… tant mieux!

Que faites-vous comme photo en ce moment?  Comment est-ce que la pandémie affecte votre travail?  Laissez-moi savoir dans les commentaires!

 

 

Dans cet article, je vous parle de mon « besoin de photographier ».  Bonne lecture!

Un commentaire sur “Un photographe en temps de pandémie”

  • Belle approche photographique !

    Personnellement, à part cet hiver au plus fort du confinement, je n’ai absolument rien changé dans ma façon de faire de la photo. Avec le déconfinement, je me suis tranquillement remis au portrait. Un peu de photo de rue, photographie aérienne et bientôt, reprise de photo au collodion.

    Rien n’a vraiment changé pour moi, à part quelques délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.