Ça fait longtemps que je veux en parler, c’est maintenant que je le fais!  Je suis écoeuré de voir des photos grises sur les réseaux sociaux, le web… finalement partout!  Je vous fais donc un article sur le contraste. Je vais tenter d’être le plus clair possible car il y a beaucoup de choses à dire.  Si vous avez toujours des questions après avoir lu l’article (ce qui est fort probable!), je vous invite à les demander dans les commentaires.  Ainsi tout le monde pourra bénéficier des réponses que je vous ferai!

Pourquoi est-ce que j’insiste tant face à l’importance du contraste dans une photo?  Un contraste bien géré fait qu’on est capable de voir clairement les détails dans l’image.  La photo est visuellement facile à lire.  Lorsque la photo est grise, on ne voit rien!  L’arrière-plan, l’avant-plan et le plan principal sont tous gris et ils ne se détachent pas les uns des autres.  Une photo trop contrastée n’est pas mieux.  Celle-ci contiendra uniquement des noirs et des blancs et les gris qui nous permettent de voir les détails seront absents de la photo.  Par conséquent, on ne verra rien.

À propos des couleurs

Le fait qu’il y ait des couleurs complémentaires dans l’image ne lui donne pas nécessairement du contraste.  Le contraste est uniquement en lien avec la lumière. Vous pouvez avoir un cube jaune et un cube bleu (deux couleurs complémentaires) seulement si les teintes de jaune et de bleu réfléchissent toutes les deux la même quantité de lumière, il n’y aucun contraste.  Une façon très simple de voir si il y a du contraste ou non dans la photo est de la mettre en noir & blanc. Ainsi, vous ne serez pas influencés par les couleurs, vous allez être en mesure de voir comment la lumière est distribuée dans la photo. Si, en mettant votre image en noir & blanc, vous obtenez une photo grise, c’est qu’il n’y a aucun contraste.  Donnez-lui un peu de contraste en utilisant la courbe et ensuite, si vous souhaitez faire un traitement couleur, ramenez la photo en couleur.

Dans l’exemple ci-dessous, le pot de fleur est rose et le balcon est bleu.  On a là deux couleurs complémentaires. Lorsqu’on met la photo en noir & blanc, tout devient gris, il n’y a aucun contraste dans l’image.  À l’ordinateur, on devra utiliser la courbe de tonalité pour donner un peu de contraste à la photo.

 

Les limites d’un capteur numérique

Un capteur numérique a deux lacunes comparativement à un film argentique.

  • Une plage dynamique réduite:  

Un film argentique a une plage dynamique de 11 stops alors qu’un capteur numérique a une plage dynamique d’environ 5 ou 6 stops.  Lorsque vous faites une photo en argentique, c’est un peu comme si vous faisiez un dessin en utilisant 11 bâtons de fusains, chacun d’une certaine teinte de gris.  Avec une caméra numérique, vous avez seulement 5 ou 6 bâtons de fusain pour faire votre dessin.  Par conséquent, le dessin fait avec 11 fusains contiendra beaucoup plus de nuances et de détails que le dessin fait avec 5 ou 6 fusains.

  • Perte de détails dans les hautes et les basses lumières:

Les capteurs numériques ont de la difficulté à enregistrer des détails précis dans les hautes et les basses lumières.  Les ombres sont toujours trop noires et les hautes lumières toujours trop blanches. Pour palier au problème, les caméras sont programmées pour ramener les hautes lumières dans des tons moins lumineux et les basses lumières dans des tons plus lumineux.  En faisant ça, on perd moins d’information dans les luminosités extrêmes. Seulement cette solution fait que la photo devient grise.

Ces deux lacunes des capteurs numériques font que les photos qu’on obtient sont grises, aucun contraste, elles sont “flat”.  Heureusement, on peut facilement corriger le problème en travaillant la photo à l’ordinateur. Pour ce faire, on doit utiliser la courbe des tonalités.  Je reviendrai sur la fameuse courbe plus loin dans l’article.

Qu’est-ce que le contraste?

Il y a deux éléments qui constituent le contraste:

  • Le nombre de niveaux de gris dans la photo;
  • La façon dont ces niveaux sont répartis dans la photo.

Ceux d’entre vous qui connaissent le “Zone System” de Ansel Adams savent de quoi je vais parler.  Pour les autres, je vais vous expliquer le plus simplement possible.

Chacune des zones du Zone System correspond à une certaine tonalité de gris à l’intérieur de laquelle on retrouve certains types d’informations.  Une peau blanche sera d’un gris Zone 6 ou Zone 7.  La neige sera dans des tons de gris correspondants au Zones 8 et 9.

Ce qui est important est de se souvenir qu’il est impossible d’avoir des détails précis dans les basses lumières des Zones 0, 1 et 2 ainsi que dans les hautes lumières des Zones 8, 9 et 10.  Par conséquent, à la prise de vue, on doit s’assurer que les niveaux de gris qu’on retrouve dans notre sujet sont contenus entre les Zones 3 et 7.

Dans une photo bien travaillée, il y aura toujours des noirs Zone 0 et des blancs Zone 10.  Les sources de lumière directes (ex.: les phares d’une auto qui fait face à la caméra) seront toujours une Zone 10.  Ensuite, la façon dont les informations seront réparties dans les autres Zones variera selon qu’on a une photo à faible contraste ou à contraste élevé.

La photo telle qu’elle est en sortant de la caméra

À cause des limites d’un capteur numérique, la photo – en sortant de la caméra – est grise.  Toute l’image est contenue dans des gris moyens. Les hautes et les basses lumières ne contiennent presqu’aucune information.  Finalement, il y a seulement 5 ou 6 niveaux de gris.

Les descriptions qui suivent s’appliquent à des photos argentiques ou des photos numériques travaillées à l’ordinateur.  Les graphiques illustrent comment l’information est distribuée dans les différentes Zones.

Une photo contrastée

Dans une image contrastée, la plupart de l’information est contenue dans des tons de gris très sombres et des tons de gris très clairs.  Il y a de l’information dans les gris moyens mais très peu. La photo contient 11 niveaux de gris.

Une photo à faible contraste

Une photo à faible contraste est principalement composée de gris moyens.  Il y a peu de détails dans les basses et les hautes lumières. Toutefois, il y a quand même des noirs profonds et des blancs très blancs.  Finalement la photo possède 11 niveaux de gris.

Une photo trop contrastée

Dans une photo TROP contrastée, la majorité de l’information est contenue dans les zones de hautes et basses à lumières à l’intérieur desquelles il est impossible d’avoir des détails précis.

Une photo qui manque de contraste

Dans une photo “grise”, toute l’information est contenue dans les gris moyens.  Il n’y aucun détail dans les basses et les hautes lumières.

La courbe des tonalités

La courbe des tonalités est l’outil du logiciel d’édition de photo (Lightroom, Photoshop ou autre) qui nous permet de prendre la photo telle qu’elle est en sortant de la caméra (i.e.: grise, sans contraste avec seulement 5 niveaux de gris) et de l’étaler sur 11 niveaux de gris.  Ce faisant, on donnera à la photo le contraste approprié par la façon dont on manipulera la courbe.

Je vous invite à regarder mes tutoriels Lightroom.  Vous y verrez comment je manipule la courbe dans des photos prises dans diverses conditions de lumières.

Quelle est la différence entre donner du contraste à l’image avec la courbe et le faire avec la fonction “contraste”?  La fonction “contraste” n’affectera pas le nombre de niveaux de gris dans la photo. Donc si vous utilisez uniquement cette fonction pour donner du contraste à la photo, votre image aura toujours 5 ou 6 niveaux de gris seulement.

Pour ceux qui veulent aller plus loin:

Je vous invite à lire et télécharger gratuitement les trois livres d’Ansel Adams: “The Camera”, “The Negative” et “The Print”. Dans ces livres, Ansel Adams explique en détails le “Zone System”. Cette technique est LA technique pour obtenir une image dans laquelle les niveaux de gris sont harmonieusement gérés.  Bien que la technique s’applique exclusivement à la photographie argentique, la façon de regarder la lumière, d’analyser la scène qu’on s’apprête à photographier pour déterminer le niveau de gris que les détails auront dans l’image finale et comment mesurer la lumière sont des choses qui n’ont pas changées avec le numérique.

La fameuse approche du “je-ne-retouche-pas-mes-photos”

J’entends beaucoup de photographes qui travaillent en numérique dire: “je ne retouche pas mes photos après la prise de vue”. En argentique, lorsque le film était bien exposé à la prise de vue et bien développé en chambre noire, on obtenait un négatif dans lequel les niveaux de gris et le contraste étaient bien gérés. Par conséquent, le négatif pouvait être tiré sur papier sans avoir à masquer ou brûler, sans avoir à faire de retouches.  L’approche du « je-ne-retouche-pas-mes-photos » est possible en photographie argentique.

En photographie numérique, les limites du capteur numérique (tel qu’expliqué au début de l’article) font que la photo, en sortant de la caméra, est GRISE!!!  C’est horrible!  Ça fait mal aux yeux!!!  Donc, à ceux qui se vantent de ne pas retoucher leurs photos, vous vous vantez de nous montrer de mauvaises photos!

 

N’ayez pas peur de donner du contraste à vos photos.  Les Beaux-Arts ont démontré maintes fois à travers la peinture et le dessin qu’une image bien contrastée est visuellement beaucoup plus forte qu’une dans laquelle le contraste est absent ou mal géré.  La photographie ne fait pas exception à cette règle.

De grâce, éditez vos photos à l’ordinateur! Ayez la gentillesse de dorloter nos yeux avec de belles images bien travaillées car aujourd’hui, ça fait pitié sur le web les photos qu’on peut voir.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.