Il n’y a rien de plus difficile que de développer son style en photographie.  Le but ultime est de faire en sorte que lorsque les gens voient vos photos qu’ils puissent dire: « ça c’est le travail de Untel » sans qu’ils aient à lire la légende sous l’image.

Comment développer VOTRE style?  En étant curieux et en explorant.  La pire chose que vous puissiez faire est d’appliquer à la lettre des règles sans les questionner.  Finalement allez voir le travail des Grands Maîtres de la photo.  Je parle des photographes dont les images sont dans les musées, leurs photos font parties de la mémoire collective, on enseigne dans les écoles d’art et de photo leur travail.  Regardez leurs photos et questionnez-les!

 

Libérez-vous des contraintes!

Beaucoup de photographes amateurs s’imposent les contraintes suivantes:

  • La caméra doit être sur un trépied;
  • On doit toujours utiliser le ISO natif (100 ISO);
  • Tout doit être net alors on ferme le diaphragme à f32;
  • On respecte la règle des tiers;
  • Il est interdit d’altérer les couleurs sans quoi la photo ne représente plus la réalité…

Il est strictement défendu de diverger de ces contraintes ne serait-ce d’un iota sous peine d’être excommunié du Monde de la photographie!!!  Lorsqu’on regarde les images de ces photographes, on s’aperçoit qu’elles sont toutes pareilles.  On n’est pas capable de dire quelle photo a été prise par quel photographe tant elles sont toutes identiques.  Pourquoi?  Parce que tout le monde a appliqué exactement la même recette.

Lorsqu’on débute en photographie, écouter les recommandations de photographes plus expérimentés est une bonne façon d’apprendre.  S’imposer des règles techniques va nous permettre de mieux comprendre la « mécanique » derrière la création d’une photo.  Mais à un moment donné on doit cesser d’appliquer bêtement ces contraintes.  On doit les utiliser pour mettre en valeur notre sujet et pour transmettre une émotion.  Et quand vient le temps d’avoir de l’émotion dans une photo, la technique est souvent un frein.

Trop de contraintes techniques va vous empêcher d’avoir la spontanéité nécessaire et la disponibilité d’esprit pour capter l’émotion d’une scène.  Si vous êtes trop occupé à penser au ISO, au cadrage, au diaphragme vous ne pourrez pas “ressentir” ce qu’il y a devant vous et la photo sera sans “saveur”.  Il y a quelque chose de méditatif dans la création d’une photo.  On doit prendre le temps d’entrer en relation avec notre sujet.  Cette démarche est impossible si on est hanté par une liste de contraintes techniques qu’on doit absolument respecter.

Première étape: les Grands Maîtres

Allez à la Grande Bibliothèque (BANQ) au métro Berri-UQAM dans la section des Arts.  Vous y trouverez une panoplie de livres de grands photographes dans lesquels vous pourrez voir leur travail et apprendre sur leurs techniques.  N’empruntez pas seulement des livres de photographes dont le travail est similaire au vôtre.  Vous devez être curieux!  Vous aimez la photo de paysage?  Ok, regardez des livres de Freeman Patterson, Mia & Klauss et bien sûr Ansel Adams.  Mais regardez aussi le travail de photographes qui font du portrait, du nu, de la photo de mode, du reportage, de l’architecture, …  Les techniques utilisées en photo de presse peuvent aussi être appliquées au paysage.  La façon dont les photographes manipulent les couleurs en photo de mode pourrait aussi être appliquée aux photos de fleurs.  Pour chaque photo, demandez-vous: « qu’est-ce que j’aime / n’aime pas dans cette image? »

 

Robert Doisneau:

Photographe: Robert Doisneau

Regardons le fameux « Baiser de l’hôtel de ville » de Robert Doisneau.  Que pouvons-nous dire sur la technique et la composition?

  • La photo est assez contrastée.  Beaucoup de détails dans les hautes et les basses lumières mais très peu dans les gris intermédiaires;
  • Il y a des flous de mouvement dans la photo dus à une vitesse d’obturation lente;
  • L’image est granuleuse, j’ai eu la chance de la voir au MAC en 1994 lors de la rétrospective de Doisneau donc j’ai pu le constater de mes yeux!
  • Le sujet est en plein centre… pas de règle des tiers ici;
  • Il y a des éléments dans l’avant-plan qui sont un peu dérangeants.  Bien que cette photo soit une mise en scène, il était très important que les gens croient que la prise de vue fut spontanée.  Tout le marketing de la série « Les amoureux de Paris » reposait sur la spontanéité.  Ces trucs agaçants volontairement placés dans le cadre renforcent l’impression que Doisneau a pris la photo à la volée.

Maintenant trouver comment obtenir en numérique un rendu à-la-Doisneau.  Lorsque vous saurez comment, faite du paysage avec cette formule juste pour voir ce que ça va donner.  Appliquer cette méthode pendant un ou deux mois sur votre sujet favori mais aussi sur des sujets que vous n’avez pas l’habitude de photographier.  Amusez-vous aussi à utiliser des vitesses d’obturation lentes et trouvez une façon d’exploiter le mouvement dans vos paysages.  N’oubliez pas de ne pas respecter la règle des tiers!

 

Freeman Patterson

Photographe: Freeman Patterson

Faisons le même exercice avec une photo de Freeman Patterson: 

  • La composition de la photo repose sur le fait que le sujet est éparpillé partout dans l’image;
  • Le sujet est d’une couleur chaude (rouge) contre un arrière-plan  de couleur froide (vert).  Les yeux vont toujours chercher les couleurs chaudes en premier;
  • Un effet de flou très particulier obtenu en superposant plusieurs diapositives de la même scène.

Qu’est-ce qu’on peut retenir du travail de Patterson?  On peut faire de la photo de paysage et de nature en brisant les conventions (tout doit être au focus, la règle des tiers, etc).  On peut être artistique, « flyé » en faisant du paysage!

 

Nick Knight

Photographe: Nick Knight

Voici une photo du photographe de mode britannique Nick Knight.  Chez lui, tout se passe à la post-production.  Il fut un des premiers photographes à utiliser pour des projets commerciaux les outils numériques.  Knight nous montre par son travail que la post-production permet d’ajouter des niveaux de « message » impossibles à transmettre à la prise de vue.  Vous aimez la photo de rue?  Comment pourriez-vous rehausser numériquement vos images dans Photoshop?  Peut-être qu’en manipulant les couleurs pour obtenir un rendu délavé comme dans cette photo de Knight pourrait être intéressant en photo de paysage…

Oliviero Toscani 

Photographe: Oliviero Toscani

Maintenant une image de Oliviero Toscani.  Une très belle photo faite en studio.  Une belle lumière, des couleurs bien gérées et une excellente composition.  Point de vue technique, il n’y a rien qui sort de l’ordinaire.  Point de vue artistique, disons que le sujet peut être provocateur pour certains mais rien pour qu’on déchire notre chemise.  Ce qu’il y a d’exceptionnel dans cette photo est qu’elle a été utilisée pour vendre des vêtements! 

Pendant plusieurs années, Oliviero Toscani a signé les campagnes publicitaires de Benetton.  Les photos soulignaient de façon souvent spectaculaire des enjeux sociaux et politiques.  Et on les utilisait pour vendre des vêtements.  Les photos publicitaires ne montraient pas le produit qu’on vendait. 

Ce qu’il faut retenir de Toscani/Benetton est que si on veut se démarquer, il ne faut pas hésiter à faire des photos qui vont à l’encontre de ce que les gens s’attendent à voir.  Vous faites du paysage?  Cadrez vos photos avec un Dutch tilt!  Oui, oui, la ligne d’horizon va être assez inclinée dans l’image.  La majorité des gens vont vous dire que l’horizon doit toujours être droit, condition sine qua non, et vous ne gagnerez sûrement aucun concours avec vos photos MAIS vos images vont se démarquer!

 

Deuxième étape: explorez, faites des expériences!

Vous aimez la touche impressionniste des images de Patterson?  Les fantaisies numériques de Knight vous intéressent et vous aimez photographier les fleurs?  Mettez tous ces ingrédients dans un grand bol et brassez jusqu’à temps d’avoir quelque chose d’intéressant.  En faisant plusieurs essais, vous allez finir par trouver une texture d’image, un genre, qui va vous allumer, vous faire « tripper ».  Vous venez de trouver votre style!  Vous pouvez aussi avoir différents styles… pourquoi se limiter!  Ce qui serait inquiétant serait de voir que le temps passe et que votre style ne change pas.

Le plus important dans la démarche de « trouver son style » est de faire des choses qu’on aime.  Faite ce que vous avez le goût de faire.  N’appliquez pas aveuglément ce que les autres photographes vous disent de faire.  Très souvent les photographes parlent comme s’ils possédaient le savoir absolu.  Leur technique, leur démarche artistique sont les seuls valides et tous les autres photographes se trompent.  Si un vous dit qu’une bonne photo doit avoir du contraste, prenez le temps d’écouter ses arguments et faite pendant un temps des photos contrastées.  Dans un mois, regardez ce que vous avez fait comme images.  Aimez-vous ça des photos contrastées?  Oui? Et bien continuez d’en faire.  Sinon essayez autre chose.

 

Ayez du culot!!!

Maintenant la grosse question: « oserez-vous sortir du lot? ».  Si vous vous mettez à faire des choses originales, qui vont à l’encontre des normes, vous devrez gérer les commentaires de plusieurs qui vous diront que vous ne savez pas ce que vous faites ou que vous êtes un mauvais photographe.  Ça peut être dur sur le moral…  Serez-vous capable de tenir votre bout et d’en faire qu’à votre tête?  Serez-vous capable de faire des photos pour vous faire plaisir même si les gens ne semblent pas aimer? 

 

2 réponses pour “Développer son style en photographie”

  • Encore une fois, je vous remercie de ces précieux conseils..Dans mon cas, je fais surtout de la photo de paysages mais aussi parfois des photos d’ architecture des villes….C’ est surtout ce qui m’ intéresse..au plaisir de vous lire encore et encore..Vous êtes inspirant..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.