P, A, S, M… qu’elle est la différence?

 Ces 4 lettres sur votre caméra sont les modes d’exposition.  Outre la sensibilité du capteur (ISO), il y a deux autres paramètres qui sont utilisés pour ajuster l’exposition : l’ouverture de diaphragme et la vitesse d’obturation.  Les modes d’exposition vous permettent de dire à la caméra lequel vous voulez contrôler et lequel vous confiez à la caméra.  Aucun des 4 modes ne contrôle le ISO ou la balance des blancs, vous devez donc ajuster a priori ces paramètres.

 

Le mode « P » (Program) est le mode avec lequel vous confiez à la caméra la gestion de l’ouverture de diaphragme et de la vitesse d’obturation.  Ce n’est pas le meilleur à utiliser car vous n’avez aucun contrôle sur les paramètres que la caméra utilise.  Vous ne pourrez donc pas ajuster la profondeur de champ.  Si vous voulez faire des effets de filée avec le mouvement, ce n’est pas le mode à employer car vous ne gérer pas la vitesse d’obturation.  C’est un mode pratique pour celui qui veut choisir le ISO, la balance des blancs et ne pas se casser la tête avec le reste.

Le mode « M » (Manuel) vous permet de contrôler la vitesse d’obturation et l’ouverture de diaphragme.  Si vous travailler dans un environnement où la lumière ne change pas, c’est le mode à utiliser.  Lorsque je suis en studio, j’utilise le mode manuel.  Je fais quelques tests pour déterminer la bonne exposition, j’ajuste la caméra et ensuite je peux me concentrer entièrement sur le modèle.  Je n’ai plus à me soucier de l’obturateur ou du diaphragme.

Les deux autres modes sont ceux avec lesquels je travaille lorsque je fais de la photo de rue.  Avec le mode « A » (Aperture), je contrôle l’ouverture de diaphragme et la caméra gère la vitesse d’obturation.  Lorsqu’on veut se concentrer sur la profondeur de champ sans se soucier du reste, c’est l’idéal.

Finalement pour ceux qui préfèrent contrôler la vitesse d’obturation, le mode « S » (Shutter) est pour vous.  Avec ce mode, vous ajustez le temps d’exposition et la caméra gèrera l’ouverture de diaphragme.

Petite réflexion sur les longues expositions…

 

Il semblerait que peu de gens osent jouer avec le mouvement dans leurs photos.  Pour bien des gens, une « bonne » photo doit être nette.  Personnellement, je dis : « pas toujours ».  Les trainées laissées par les objets en mouvement dans une image donnent du dynamisme et de la vie.  Lors d’un spectacle de danse, la seule façon de « montrer » que les danseurs sont en mouvement est en utilisant une vitesse d’obturation lente.  Si on veut isoler un sujet, un « panning » ou « effet de filée » va faire que sur la photo le sujet sera net alors que l’avant-plan et l’arrière-plan seront flous.  Je vous invite donc à utiliser régulièrement le mode « S » lorsqu’il y a du mouvement autour de vous. N’hésitez pas à utiliser des vitesses d’obturation lentes et même TRÈS lentes.  Pour obtenir de bons résultats, on doit faire beaucoup de photos en utilisant différents temps d’exposition.  Lorsqu’on s’amuse avec le mouvement, il y a toujours beaucoup de hasard dans les résultats.  On ne peut prédire comment les traînées faites par le mouvement apparaîtront dans la photo.  Si vous voulez utiliser des temps d’exposition longs en plein jour, vous aurez besoin d’un filtre de densité.  Ce filtre coupe la lumière et vous permet donc d’utiliser des vitesses d’obturation plus longue.  Il existe des filtres de densité qui coupent 10 stops de lumière!

 

Le fantasme des photographes: le ISO automatique

Pour ceux qui ont connu le film, un des gros problèmes auxquels on faisait face était la sensibilité du film.  On ne pouvait la changer à notre guise.  J’ai choisi un film de 100 ISO parce que je suis en plein soleil.  Soudainement je suis à la pénombre… je ne peux photographier car 100 ISO n’est pas assez sensible.  Ma caméra est chargée avec un film de 400 ISO et je veux utiliser des expositions longues.  Malheureusement c’est impossible car le film est trop sensible.  La vitesse d’obturation la plus longue que je peux utiliser est 1/60.

Aujourd’hui avec le numérique, on peut changer comme bon nous semble la sensibilité.  Il y a même la fonction « ISO Automatique » dans les caméras.  Celle-ci nous permet de faire des miracles.  L’ouverture de diaphragme et la vitesse d’obturation sont déterminées selon certains critères.  Lorsque la fonction ISO Automatique est activée, la caméra va ajuster l’exposition en changeant le ISO.  Grâce à cette fonction, on peut se concentrer uniquement sur le paramètre qui est important pour nous.  Si je veux contrôler ma profondeur de champs, j’utilise le mode « A », j’active le ISO Automatique et je n’aurai qu’à penser à l’ouverture de diaphragme.  La caméra déterminera la vitesse d’obturation et le ISO qui donneront la bonne exposition.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

J’entends souvent des photographes qui ne jurent que par le mode manuel.  Ils rejettent tous les modes automatiques (ISO Automatique, « P », « A », « S » et même l’autofocus) sous prétexte qu’on peut seulement obtenir une bonne photo en étant entièrement manuel.  C’était vrai à l’époque des boîtiers argentiques.  Les caméras n’avaient aucun mode automatique alors forcément on travaillait en manuel.  Les dernières générations d’appareils argentiques possédaient quelques fonctions automatiques.  Malheureusement celles-ci étaient tellement peu performantes qu’on les désactivait et on se mettait en mode manuel.

Les boîtiers numériques qu’on a aujourd’hui possèdent des modes automatiques spectaculaires.  Les choses qu’on peut faire en exploitant ces fonctions sont incroyables.  Seulement on doit apprendre à exploiter à fond les modes automatiques.  On devra aussi changer sa façon de travailler.  Les photographes qui manipulent leur caméra numérique de la même façon qu’ils utilisaient leur boîtier argentique exploitent environ le quart des capacités de leur caméra!  Je vous invite donc à explorer les diverses fonctions automatiques de votre appareil.  Lisez à fond le manuel d’instruction de la caméra, pas juste le paragraphe qui explique où mettre les batteries!  Pendant une journée, vous travaillez uniquement avec une certaine fonction dans le but de voir ce qu’elle vous permet de faire.

J’essaie d’être le plus clair possible lorsque je parle de technique.  Si vous avez des questions, n’hésitez pas à écrire dans la section « commentaire ».  Vous pouvez aussi me visiter sur ma page Facebook « Georges Paquin Photo ».

2 réponses pour “Les modes d’exposition”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.