Je me souviendrai toujours de ce qu’un de mes professeurs de photo au Dawson Institute of Photography nous avait dit : « vous êtes aussi bons que la dernière photo que vous avez faite et qui a été diffusée ».  En d’autres mots : si vous publiez une mauvaise photo, vous allez être – dans la tête de bien des gens – un mauvais photographe.  Je vous donnerai ici quelques trucs pour évaluer vos photos.

 

L’importance d’avoir la bonne attitude

La première chose à faire est de se mettre dans un bon état d’esprit pour juger ses photos.  Oubliez tout ce que vous savez sur le sujet de la photo.  Oubliez les détails de la prise de vue.  Les gens qui verront votre image ne connaissent pas la personne ou les lieux photographiés.  Ils ne pourront jamais voir ce qui avait autour de votre sujet.  Ils n’entendront pas les bruits, ne sentiront pas les odeurs, ne ressentiront pas la météo que vous avez connus lors de la prise de vue.  Ils n’auront pas parlé avec le modèle.  Toutes ces choses que vous seul connaissez vous donnes beaucoup d’informations auxquelles les gens n’auront jamais accès.

Finalement, mettez de côté toutes les émotions que vous avez face à la photo.  Vous avez trippé lors de la prise de vue?  Vous êtes resté 5 heures sous la pluie pour obtenir votre image?  Vous avez fait la photo avec votre nouvelle caméra à 8000$?  Les gens qui verront votre photo ne le savent pas, ils s’en foutent complètement et jamais ils ne ressentiront votre « thrill ».

Les gens sont seuls avec votre photo.  Celle-ci doit dire et montrer clairement ce qu’ils doivent savoir.

 

Les points techniques avant toute chose

Commencez par éliminer les images avec des lacunes techniques :

  • floue,
  • mauvais cadrage,
  • mauvaise exposition.

Il est possible qu’une photo avec une « légère » imperfection technique puisse quand même être utilisée.  Lorsque le sujet est TRÈS fort, on va fermer les yeux sur un léger flou ou sur une légère sous-exposition.  Toutefois il ne peut y avoir trop d’éléments problématiques sinon la photo sera horrible.

 

« Qu’est-ce qu’on voit sur la photo? »

Regardez votre photo, demandez-vous les questions suivantes :

  • A) Qu’est-ce que je veux que les gens voient en regardant la photo?
  • B) Qu’est-ce qu’on voit réellement sur la photo?

Répondez le plus platement possible aux questions.  Si la réponse B n’est pas la même que A, jetez la photo!  Vous voulez montrer aux gens la superbe architecture victorienne d’une maison.  Seulement il y a un camion qui cache la moitié de la façade de la maison…  Ne tentez même pas de décrire aux gens ce qu’ils devraient voir si le camion n’était pas là!  C’est complètement stupide d’agir ainsi.  Comme disait Yvon Deschamps : « on veut pas l’savoir, on veut le voir! ».

 

« Je la trouve pas pire »

Vous regardez votre photo, vous la trouvez « pas pire », ce n’est pas votre meilleure mais bof, peut-être que les gens vont l’aimer.  Ne montrez jamais une photo qui ne vous fait pas tripper.  Si vous trouvez votre image juste « pas pire », soyez certain que la majorité des gens vont dire : « Ah merde… quelle horreur! »  Pourquoi?  Parce que vous n’avez pas mis vos trippes dans la création de la photo. Et ça, ça se voit.  Il n’y a pas d’énergie, pas d’émotion dans l’image.  Jetez la photo.

 

 

« J’m’en souviens pus »

Vous vous grattez la tête en regardant votre photo?  Vous ne vous souvenez plus ce que vous avez photographié?  Dois-je vraiment expliquer pourquoi cette photo s’en va immédiatement à la poubelle?  Si le photographe ne sait pas ce qu’il y a sur la photo, il n’y a aucune chance que les gens puissent le savoir.  Poubelle!!!

 

 

 

« Est-ce que je vois CLAIREMENT le sujet? »

Le mot important ici est « CLAIREMENT ».  Vous avez photographié tante Ginette, le but de la photo est de montrer aux futurs générations tante Ginette.  Dans la photo, on voit tante Ginette.  À sa droite il y a un beau p’tit couple qui s’embrasse, juste à côté un chien pisse sur une borne fontaine.  Les phares d’une auto font un gros flash de lumière dans la photo…  Les gens vont tout voir sauf tante Ginette!  Effacez la photo!

Vous voulez me montrer tante Ginette?  Montrez-la moi, elle et seulement elle!  Je ne veux voir rien d’autre.  Vous jugez que le contexte est aussi important et vous voulez le montrer aux gens?  Assurez-vous que les éléments visuels qui nous informent du contexte ne soient pas plus importants que tante Ginette.  Mieux encore : présentez 2 photos, une de tante Ginette, une des lieux.

 

Est-ce que c’est un « eye candy »?

« Eye candy » est une expression qui veut dire que quelque chose est plaisant à regarder.  Chacun a sa notion de « eye candy ».  Ce que je trouve plaisant à regarder ne l’est pas nécessairement aux yeux du voisin.  Dans le cas d’une photo, il y a des facteurs « eye candy » universels, des éléments du langage visuel, qui peuvent être évalués objectivement.  En voici quelques-uns :

  • Contraste : une photo avec du contraste est plus intéressante qu’une image grise;
  • Saturation des couleurs : les couleurs saturées accrochent l’œil;
  • Le cadrage : une photo bien cadrée sera plus plaisante à regarder.  Il y a la fameuse règle des tiers mais aussi la spirale de Fibonacci et le rectangle d’or qui peuvent être utilisés pour cadrer une image.  Notez que les règles de cadrages ne sont pas des lois absolues mais des guides.  La photo peut être très belle même si elle ne respecte aucune règle de cadrage.  Je vous invite à lire mon article: « Comment composer une photo? »
  • Le sujet se détache bien de l’avant et de l’arrière-plan : la photo est toujours plus plaisante à regarder si on n’a pas à jouer à « trouvez Charlie » pour bien voir le sujet principal!
Contraste et saturation des couleurs

 

Pensez à ceux qui regarderont vos photos

Il peut être difficile de trier ses photos et parfois on doit prendre des décisions crève-cœur.  Toutefois n’oubliez jamais que lorsque vous présentez vos photos, vous voulez faire plaisir aux gens.  Vous, vous avez eu votre « fun » lors de la prise de vue et du traitement de l’image.  Maintenant, vous voulez que les gens aient le sourire aux lèvres en regardant vos images.  Les gens vont tellement avoir plaisir à regarder votre travail qu’ils vont l’acheter et vont vous engager comme photographe.

J’ai souvent vu des photographes exposer leur travail « pour se faire plaisir ».  Une sorte de « trip » égoiste où eux seuls avaient plaisir à regarder les photos.  Personne n’est venu à la galerie voir leur travail, aucun commentaire positif et aucun revenu monétaire suite à l’exposition.  Ils sont sortis meurtris de l’expérience et n’ont plus jamais exposé.

Lorsque vous présentez votre travaille, pensez d’abord aux gens qui verront vos photos.  Vous souvenez-vous des soirées en famille où on projetait des diapositives dans le salon?  Vous souvenez-vous de comment votre patience était éprouvée après la trentième diapo où on ne voyait rien?  N’imposez pas cette torture aux gens!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.